Collection #2 - SOLO SHOW Benjamin carteret

Cartes Mythologiques

Fragments

La collection

« Les dieux se sont enfuis »

Voilà la phrase qui a tout initié. L’affirmation d’Heidegger qui reprend l’interjection du poète Hölderlin : “Dieux enfuis !”, est sans appel. Le monde moderne est dé-divinisé, les dieux ont fui et nous avons renoncé à les trouver explique Benjamin Carteret. L’artiste y oppose d’emblée, une négation pleine et entière : «  Il n’y a pas de deuil sacré à faire puisqu’il y a encore sur Terre un homme qui croit en eux ».

Pour faire revivre ces dieux antiques, l’artiste entreprend un grand tour dans toute la Grèce en 2021 et accomplit sur différents sites archéologiques des performances chantées sous forme de prières. Du palais de Cnossos à celui de Phaistos en Crète, Benjamin Carteret part ensuite sur l’île de Cythère pour aller à Délos, Athènes, Eleusis, Mycènes, Epidaure, Delphes puis Brauron pour n’en citer que quelques-uns.

Ces cartes mythologiques sont envisagées comme des vestiges de son passage sur les différents sanctuaires, elles sont composées elles-mêmes des textes antiques chantés sur site. Entre récit de voyage et quête mystique, ces dessins à l’encre sont un appel à la reliance aux dieux oubliés et à la resacralisation de ces lieux.

Sanctuaire dédié à Déméter et Perséphone, site d’Éleusis, 2022

2 000

Sanctuaire dédié à Asclépios, site d’Épidaure, 2022

1 700

Sanctuaire dédié à Artémis, site de Brauron, 2022

1 700

Acropole d’Athènes-Érechthéion, 2022

1 700

“ C’est en revenant de mon voyage que j’eus l’idée des cartes. En effet, comment présenter cette performance et quelles reliques montrer de mon voyage pour en témoigner ? ”

FOCUS

Cartes Mythologiques

L’artiste va d’abord dans les sanctuaires sélectionnés pour faire l’effort du voyage et l’expérience du lieu. Le premier acte artistique qui marque cette exhumation est le chant à voix haute de la légende née sur le site. L’archéologue de mythe leur redonne toute leur force en les prononçant à nouveau à l’endroit-même où ils sont apparus.

Benjamin Carteret va ensuite capturer l’essence du lieu par un polaroid du site qui historiquement condensait l’espace le plus sacré. Ces polaroids sont les premières traces de la performance accomplie.

La troisième étape est la cartographie du mythe ramené́ à la surface. Dessinant d’après des relevés archéologiques et des plans topographiques, l’artiste remplace les rives, les montagnes, les déclivités de terrains, les murs des sanctuaires et les colonnes par les textes du mythe lui-même. Visuellement, les phrases deviennent collines ou murs, les mots dessinent des iles, des forêts ou des temples. Une fois le mythe cartographié sur le papier, la carte devient la relique de cette performance et d’un voyage symbolique en terre hellénique.

Fragments

Artiste de la collection

Benjamin Carteret

Écrivain & Artiste
Plus d’informations

Vous avez une question ou

Vous souhaitez organiser une visite ?