FRAGMENTALE (intramuros), composition à six cellules, 2021

Installation en béton
90 x 71 x 25 cm

5 460

Installation monumentale, l’œuvre FRAGMENTALE (intramuros) a été créée par Jules Goliath pour son diplôme de fin d’études aux Beaux-Arts de Paris en 2021. Issue de cette installation notre composition à six cellules jouit en elle-même d’un statut de paysage architectural sculpté. Chaque cellule peut également être vendue séparément.

L’écrivain grec Makis Malafekas décrit cette installation en ces termes: « Le ciment est un matériau paradoxal. Il représente à la fois une garantie de solidité durable – un défi du génie humain face au Temps –, et la possibilité de figer un moment précis, unique, une réalité très particulière, dans une capsule hermétique ; de sauvegarder un instantané «tel quel», à jamais. C’est de cette dualité philosophique que nous parle, entre autre, l’installation FRAGMENTALE (intramuros) de Jules Goliath, avec cette muraille double- face courbée qui nous accueille dans l’atelier Vannier (…) Assemblées sans être scellées, seulement posées, les cellules proposent au visiteur deux expériences visuelles différentes. L’«intérieur» est lisse, les surfaces sont vides; il s’agit en quelque sorte d’un mur «normal». De l’ «extérieur», néanmoins, les cellules mettent en scène des éléments architecturaux divers (arcades, portes, escaliers…) dans un état historiquement dénudé, éternel. Moulés et piégés dans le béton avant d’être libérés par éclatement, ces traces de «lieux» qui font penser à la fois aux vestiges imaginaires de Piranèse et aux villes invisibles de Calvino, invitent à une réflexion sur le caractère et la fonction de la «ruine » proche aux dualités proposées par l’historien et archéologue Alain Schnapp: «La ruine est ce qui reste d’une tension entre mémoire et oubli, permanence et impermanence, œuvre de culture et action de la nature ».

L'artiste

Jules Goliath

Né en 1996, Jules Goliath vit et travaille en région parisienne. Il a intégré les Beaux-Arts de Paris en 2015, et en est sorti diplômé en 2021. Il y a perfectionné son apprentissage du volume d’installation, de l’animation et enfin de la sculpture sous la direction de Tadashi Kawamata et Gotz Arndt.

Son travail a pour but aujourd’hui de questionner par l’espace et l’architecture nos rapports aux temps longs et à la disparition, ou comment convoquer le souvenir par le fragment. À travers un répertoire de formes, qui évoquent l’accident sculptural, la chute, la mémoire du geste, et la poétique de la ruine, Jules Goliath met la matière à l’épreuve sans essayer de cacher les accidents et ainsi ne conserver qu’une matière survivante, encore en mouvement face au temps. Son travail a été présenté au Musée du Louvre lors de l’exposition collective « Coups d’Eclats » en mai/juin 2022.

« Fasciné par des images de mondes en ruines et d’architectures dystopiques véhiculées par certains univers du cinéma et de la science-fiction, Jules Goliath questionne les notions de décor et de simulacre. L’artiste a fait du béton son matériau de prédilection, trouvant dans cette matière à la fois dense et parcellaire la possibilité de rendre intelligibles certains détails spatiaux restés invisibles. En effet, par un subtile un jeu de moulage et de contre-forme, il réalise des empreintes d’espaces, pour en révéler les creux, les absences et les ensevelissements. Par un double effet de rapprochement et de condensation, Jules Goliath nous projette dans des architectures comme excavées dans le béton, que l’on cherche à parcourir mentalement. » (Violette Morisseau)

Oeuvres

Connexes

FRAGMENTALE (intramuros), cellule ISO 16, 2021

910

FRAGMENTALE (intramuros), cellule ISO 72, 2021

910

FRAGMENTALE (intramuros), cellule ISO 64, 2021

910

FRAGMENTALE (intramuros), cellule ISO 39, 2021

910